LE TANGO  " ARGENTIN"

"La question n'est pas de savoir quelle place tient  le tango argentin  dans ma vie, mais plutôt quelle est la place de ma vie dans le tango" Anonyme

Qu’est ce que le tango argentin ou plutôt devrait-on dire le tango « rio platense » ? (Du Rio de la Plata, immense estuaire de 290kms de long qui sépare l’Argentine de l’Uruguay , les deux rives – et la ville de Rosario selon Jose Luis BORGES – se disputant la naissance du tango ). 

Le tango est une danse sociale dansée à deux, née à la fin du XIXéme siècle.

Rythmiquement, il est structuré à partir d’ une mesure à deux ou quatre temps avec une pulsation  plutôt marquée, mais avec une grande variété de tempos et de styles rythmiques différents selon les époques et les orchestres.

Le tango comme genre musical englobe quant à lui trois formes musicales sur lesquelles se dansent traditionnellement, et principalement les pas issus du tango : tangos, milongas et valses.

 


 

Vous voulez danser le tango ? Conseils pour trouver un bon  cours 

Avant tout, notre conseil FONDAMENTAL  est de vous fixer des objectifs :  savoir ce que vous recherchez le plus exactement possible. Lisez ensuite « Histoire de comprendre... », mon histoire vécue, et vous en saisirez l’importance... Pour vous aider à vous faire une  idée, je reprends ici intégralement  le premier des excellents « 15 conseils pour trouver un bon cours » , d’un des sites pionniers du tango argentin à Paris , « Le temps du tango ».

 

« 1- Fixez vous des objectifs

 

Que recherchez vous ?

 

-      à danser dans le cadre d'une danse sociale couramment pratiquée dans les bals,

 

-     à connaître quelques rudiments pour être capable de draguer sans avoir l'air trop ignare,

 

-     à connaître une culture dans sa globalité (musique, danse, littérature…..),

 

-     à pratiquer une activité physique parmi d'autres sans trop vous prendre la tête,

 

-      à aller sur une scène pour danser professionnellement,

 

-      à intégrer une élite restreinte pour partager une passion entre connaisseurs triés sur le volet

 

-     ou à vous amuser en rencontrant d'autres personnes dans une ambiance cool….?

 

Ces motivations sont toutes louables. Selon vos exigences vous rencontrerez des enseignants et des lieux de danse répondant à votre attente….Tous les enseignants ne poursuivent pas les mêmes buts, il est donc préférable de savoir dans quelle catégorie se classe le cours où vous souhaitez aller sous peine de déconvenue… »

 

Jcharl vous encourage plus que vivement à lire la suite des « 15 conseils pour trouver un bon cours », valables pour le tango comme pour les autres danses, d’ailleurs!  L’idée générale qui s’en dégage est tout à fait en accord avec sa conception du tango et de la danse de couple en général, et  même si à l’issue de sa lecture, vous décidez de rejoindre une autre « école », l’important est -et c'est la base de ma pédagogie- de vous faire perdre le moins de temps possible, et transformer votre motivation en passion sans fin…

Cliquez sur ce lien:    http://letempsdutango.com/index.php?page=conseilscours&lang=fr


Histoire  de comprendre... ou l'histoire vécue de JCharl

Un petit mot , d’abord , sur mon histoire avec le tango , qui vous fera mieux comprendre , je l’espère, ma façon de voir…et de transmettre!

 

   «J’ai pris mes premiers cours de tango en 1990. J'avais vu une démonstration par Gloria y Eduardo Arquimbau, deux très grands maestros spécialistes de la danse de scène et je croyais que c'était comme ça qu'on dansait le tango en soirée, comme beaucoup de débutants regardent aujourd'hui sur Youtube des couples danser de façon très spectaculaire, et s'imaginent la même chose...et comme eux, j'ai été immédiatement conquis...

 Mais je n’ai commencé à comprendre – et je suis heureux de ne pas avoir fini, je continue de chercher ;-) -,  comment il se dansait socialement ou en bal,  qu’en 2004, lors du premier de mes 18 voyages de formation à Buenos Aires.

   J’avais appris, comme beaucoup, lors de mes voyages à Paris, tout un tas de « figures », de plus en plus perfectionnées avec le temps : voleos, saccadas, ganchos, pazos enlazados en veux-tu ? en voilà ! Je croyais que le répertoire faisait le danseur… Des « figures » ? Oooooh, j’en avais apprises des « figures », ça oui ! Et c’est avec cette sûreté de soi, qui vient d’un répertoire bien fourni que je débarquais un matin de décembre 2004 à Buenos Aires. Il faut bien se représenter  le tango à la Réunion dans cette fin des années 90 et début 2000 : un groupe de danseurs dont le nombre ne dépassait guère la trentaine de façon régulière… C’est en cela que le contraste fut encore plus frappant que si j’eusse habité Paris, où le tango se dansait bien déjà… Quel choc, ce soir de Noël 2004 dans une soirée tango très connue deBuenos Aires… C’est à peine entré qu’un ami argentin , qui lui ne dansait pas le tango, pour me faire plaisir - car il pensait que j'étais là pour danser-, voulut que j’invite sa sœur  et l’appela d’un tonitruant : « Olympia, vine, vine aqui y por favor,  baila con mi amigo frances ! » "Olympe, viens , viens et s'il te plait , danse avec mon ami français!"   .

   Devant moi et mes yeux écarquillés…. Allez ! 400, 500 personnes ? Dansant le tango ! Sur 200 m² !!! Imaginez le Jean Charles, qui venait de sa – belle- île perdue dans l’océan Indien, où on dansait plutôt le tango à 6 sur 50 m² !...  

   Je me suis rendu compte que je ne savais faire deux pas de suite sans me, et donc « nous »,  cogner dans quelqu’un, qu’avec la gestion de tout ce monde,  mon peu de sens de la musique et du rythme passait à la trappe, que j’étais incapable, pour la même raison, même après le premier morceau d’avoir une suite cohérente de pas qui puisse ressembler, de près ou de loin, à une des fameuses « figures » apprises… Inutile de vous dire que le fameux répertoire  de « figures », ce n’est pas ce soir-là que je l’ai ouvert !!!! »

 

 Le constat:

  

On m'avait appris des figures difficilement passables en soirées, par manque de place...et aussi, parce que je n'étais pas assez compétent!  On m'avait appris des figures qui commencaient à tel endroit et finissaient à tel endroit, souvent deux mêtres plus loin, sans m'expliquer comment en sortir en cours d'exécution, quand d'autres danseurs m’empêchent de la  terminer … et de toute façon , je ne connaissais même pas les bases simples pour en sortir... car on ne m'avait jamais appris à gérer l'espace au moyen de pas simples,  ni les codes de savoir vivre sur et en dehors de la piste, petites astuces qui m'ont valu parfois des remarques désagréables et surtout d'inombrables moments d'incompréhension totale, surtout quand on ne maîtrise pas la langue de Maradona…

 Musicalement, on ne m’avait jamais fait sentir la différence entre un pas sur deux temps et un  pas sur quatre temps, jamais expliqué la structure musicale d’un tango…

   J’avais subi un enseignement anarchique, sans structures, ni progressions et en décalage, souvent total, avec la réalité de la piste … J’avais appris au contact d’excellents danseurs… de scène. Mais qui eux savaient très bien danser en soirée… Je n’avais pas d’objectifs, ni d'esprit critique,  car je ne savais pas comment ça se  dansait en soirée…  Donc, par rapport à mon souhait de danser en social, j’étais « à côté de la plaque ».

 

 Le résultat?

Il est simple : je fais et continuerai  donc de faire, avec votre aide,  tout ce que je peux, pour que vous ne vous  retrouviez jamais dans la position dans laquelle je me suis trouvé ce soir là… Le résultat est ma méthode de transmission , que j'ai appelé ici , bien sûr pour rigoler : « Le tango selon JC » ;-) 


 

Le tango selon JC... qui n'est surtout pas l'évangile selon saint Tango ;-D    

       

 

C’est  un tango social et d’improvisation, donc  destiné à être dansé parmi d’autres danseurs, et non pas dansé sur sa terrasse en solitaires (ce qui est très louable également !), comme me disait un ami proche… Un tango dansable partout…Mais qui ne reflète QUE ma vision et mon histoire dans le tango... Car chaque danseur a son histoire, son style - car il y plusieurs façons de danser, justement plusieurs styles, voir "Les différents styles de tango en vidéos",  et sa façon de voir....et c'est justement pour cela qu'il faut que vous arriviez à déterminer ce que vous cherchez.  Je crois que mon tango est adapté à la danse sociale , mais, je l'espère et je le crois, demeure  un tango à l'esprit ouvert... 

 

Mon idée est de commencer par  vous apprendre d’abord les pas  simples qui forment la  « marche », ce qui vous  permettra de changer d’orientation sur un seul pas,  plus « faciles » à communiquer et à comprendre , à  vous faire toucher du doigt ou plutôt du pied, la musicalité de base, à  apprendre quelques petites règles qui vont vous aider à être  "bien intégrés" sur la piste et en dehors, toutes ces choses simples et directement applicables qui vous permettront de monter plus rapidement sur la piste et d’y être le plus à l’aise possible. Et ensuite seulement, une fois un minimum de bases concrètes et réellement passables en soirée acquises, ensuite seulement, passer à des fioritures et à des choses plus complexes…

 

Mon opinion est basée sur trois évidences et sur la logique qui , selon moi , en découle:

 

Evidence 1 : Dans un bal tango, il y a d’autres danseurs et je dois évoluer et exprimer ma danse avec ma ou mon partenaire en les respectant. Evident, non ?

 

 La logique et la solution  : je dois donc posséder un tango qui me permette de m’adapter. Passer des choses simples, puis compliquer... Loin du débat « doit-on danser le tango en position ouverte ou serrée », je pense que l'on doit danser  selon  et le moment et l’espace et la cavalière (une débutante qui a, comme souvent , appris à danser très séparée, sera peut être gênée de danser collée ) , et aussi…son envie. Etre attentif à mon ou ma partenaire, ainsi qu’aux autres danseurs, et donc aussi connaître le plus tôt possible, les différents codes qui sont en usage sur une piste de danse.

 

Evidence 2 : Quand je danse , je danse avec une ou un partenaire, et je dois le ou la respecter.

 

 La logique et la solution  :  Chercher à être connecté, à communiquer…et pour cela , m’écouter et l’écouter.

 

Evidence 3 : Quand je danse , je le fais sur de la musique, et elle aussi, je dois la respecter, ou en tous cas, essayer d’y arriver…

 

 La logique et la solution  :  Plus vous voudrez faire des choses compliquées, plus ce sera difficile de les mettre en pas et en musique… donc, au début, faire des choses simples mais si possible en musique, et seulement après  monter peu à peu la difficulté technique :  ayant ainsi pris l’habitude de sentir la musique sur des choses simples, vous pourrez plus facilement sentir quand vous serez ou pas « dedans » sur des choses plus complexes, que ce soit d’abord pour marquer des contretemps ou pour par la suite  essayer d’être en harmonie avec les phrases puis avec l'ensemble de la structure musicale du morceau.

 

En résumé :  quelque soit l’image du tango souhaité avec laquelle vous  commencerez  le tango, à partir du moment où vous voudrez le danser socialement, la réalité sera dans les limites de la possibilité . Possibilité  technique bien sûr - votre compétence et celle de votre partenaire- , mais qui dépendra de la possibilité physique : ai-je la place nécessaire dans le respect des autres ?

 

Votre but final sera de réussir à trouver du plaisir pour votre partenaire et vous-même en réussisant à vous exprimer dans une entente la plus globale  : entente avec vous-même, avec le  ou la partenaire, avec les autres danseurs, avec la piste et le lieu et avec la musique, sans qu’il y ait d’ordre de préséance car tout doit être là en même temps pour arriver à l’extase tant recherché… Et quand on y arrive… quel pied !

 

 


 

Combien de temps pour savoir danser?

 

A lire ce qui précède, on pourrait croire que pour y arriver il faut des années et des années de cours et de pratique ? 

C’est justement la magie du tango ! On peut  arriver  à trouver du plaisir très très vite :  certaines de mes élèves, souvent parmi les plus expérimentées sont tout bonnement enchantées lorsqu’on leur propose  une simple marche  bien en musique, plutôt que toutes les figures du monde en dehors de la musique.

J’ai parlé des élèves femmes, et c’est normal, car les cavalières sont  celles qui sont invitées par des cavaliers, et oui, je sais !  encore une évidence…

Mais  justement, ce sont elles qui parfois « subissent » les cavaliers, - pardon, les cavaliers , c'est pas méchant! -  et à plus forte raison, lorsqu’elles ont  « un peu de tango sous la semelle», elles sont mieux à même d’apprécier les bons cavaliers…

Et toutes vous le diront : ce ne sont  pas tant  les figures qui font le bon cavalier, c’est le confort à tous les niveaux dans ses bras, c’est sa façon d’évoluer sans heurts sur la piste, et surtout sa façon d’exprimer  la musique…  

Ceci dit, après plus de 27 ans d'enseignement des danses de société, mon opinion est que le tango pour bien le danser, est  la danse d'improvisation qui nécessite le plus d'investissement personnel ,  juste avant les danses swing  west coast  et le lindy hop  entre autres... Mais cet investissement n'en est pas vraiment un, tant la passion va vite arriver et en faire un besoin ... vital... . et mon but est de vous inoculer ce virus, comme je l'ai déjà fait pour de nombreux danseurs. 

 


 

 Structure d'un cours de tango de JCharl 

Tous mes cours commencent par des éducatifs, quelque soit le niveau.

Posture, équilibre, écoute de soi même et de l’autre, énergie,  communication, connexion,  recherche de l’axe, isolation, dissociation,  marche, compréhension de la musique, de la pulsation, des temps, etc… Pas tout dans le même cours, car on a pas le temps, mais étalé sur plusieurs cours…  


Attention ! Cela ne veut pas dire que je ne vous transmettrai pas de « figures » complexes, bien au contraire ! C'est après ces éducatifs, qui servent bien sûr d'échauffement que  viennent la ou les « figures ». 

Vous avez remarqué que je mets régulièrement des guillemets au mots figures? C'est que je préfère  parler en termes de structures plutôt qu’en terme de « figures ».

Par exemple, lorsque vous avez bien compris la structure d’un tour, vous pouvez de façon très facile en sortir n’importe quand et enchaîner sur autre chose… dans le respect du sens du bal…Avec toujours différentes possibilités de sortie. Et évidemment de plus en plus complexes suivant les niveaux... 

Comme le solfège en musique,  comprendre une structure plutôt qu'une figure prend un peu plus de temps, mais à l’arrivée, pour quelques cours de plus, c’est parfois plus d’une année que vous aurez ainsi économisée, car vous aurez compris le pourquoi et le comment…En effet, les erreurs font  aussi avancer, car on progressera quand on saura pourquoi et comment on les a faites... 

 


 

 Histoire et Culture du Tango

 

Si vous voulez approfondir votre connaissance du Tango, de son histoire, de sa musique, de sa culture en général, voici quelques liens trés intéréssants: 

 

Histoire du tango: 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tango_(danse)#Histoire

 

 

Tango (danse): 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tango_(danse)#Opposition_entre_.C2.AB_tango_rioplatense_.C2.BB_et_.C2.AB_tango_de_salon_.C2.BB

 


  

Le Savoir vivre du  Tango

 

Le tango est une danse évolutive, c’est-à-dire que l’on ne reste pas dans un petit espace sur la piste, comme en rock  ou en salsa, par exemple. Il faut avancer… Oui, mais comment, et dans quel sens ?  Sur les pistes de danse , c’est un peu comme sur la route, il est nécessaire de connaître certains usages afin d’éviter , entre autres , les collisions et les embouteillages.

 

De plus, le tango n’est pas seulement une danse, c’est aussi et surtout une culture . Donc quand on apprend le tango, il est bon de connaître les « bonnes manières », comme dans la vie, d’ailleurs.  Personne ne m’ayant, à l’époque, expliqué ces codes,  j’ai dû apprendre « sur le tas »,  j’aurais préféré largement qu’on me l’explique et j’aurais gagné du temps… et de la bonne humeur…

 

Voici quelques liens de site très bien faits pour vous illustrer tout ça :

 

Le temps du tango, PARIS

 

http://letempsdutango.com/index.php?page=conseilsconduire&lang=fr

 

TangoSacha, Paris

 

http://milongaophelia.wordpress.com/le-code-du-tango-argentin-en-milonga/

 


 

Tenue pour danser

 

Vêtements

 

Pour les cours : Décontractée , T shirts ou mieux Polo pour les messieurs, - en été, les chemises se transforment en serpillières… très désagréables pour les filles !- . Pas de débardeurs ou de jules, les garçons !

 

Idem pour les cavalières, évitez les dos nus…

 

Il est bon, pour les personnes qui transpirent  beaucoup , de prévoir un ou deux t shirts de remplacement…

 

Pour les soirées : en général, on fait un peu plus attention à ce qu’on  met… voire même…allez ! On s’habille correctement ?

 

Chaussures 

 

…dans lesquelles vous êtes à l'aise ! Et qui tiennent bien au pied.

 

Pas de sandales ou de tongs, pas  de chaussures de randonnée (si, si, ça m’est arrivé aussi !) ,  pas de chaussures à bout très pointu ou spatulé, en vogue depuis un moment…  Evitez les semelles en caoutchouc qui accrochent et nécessitent un effort au niveau des articulations…  Utilisez de préférence des chaussures avec une semelle en cuir , si possible fine , qui vous fasse mieux sentir le sol..

 

Cavalières : Les  talons aiguilles ne sont pas obligatoire, gardez les pour les soirées, ni de talons trop hauts. Pour les cours, des chaussures à petites talonnettes sont très bien. Et on trouve facilement sur internet, des chaussures de danse simples et pas trop chères.


 

Le tango vu par d’autres

 

Voici quelques exemples de ce que d’autres pensent du tango :

 

Jean Pierre et Leah, de Tango Paris :

 

http://www.tango-argentin-paris.com/le-tango-argentin.html

 

http://www.tango-argentin-paris.com/pedagogie.html

 

Tangofuerte, Alençon

 

http://altangofuerte.jimdo.com/le-tango-et-vous/


 

Les différents styles de tango dansés en vidéos

 

Le style canyengue :

 

On ne sait pas vraiment si c’est comme cela que se dansait à l’origine le tango, mais c’est ainsi qu’on l’enseigne aujourd’hui, et ce tango connait un certain succès, et petit à petit fait de nouveaux adeptes. Roxina et Adrian, sont deux de ses meilleurs représentants, et militent dans l’association Mocca, qui se démène pour le faire mieux connaître depuis le début des années 2000.

 

 

Le style Estilo Salon, style Villa Urquiza

 

Le style Villa Urquiza est caractérisé par une élégance, une finesse et une grande précision dans  la marche toujours glissée au ras du sol.  La posture est un peu plus droite que celle du style dit "milonguero" ce qui n'empêche pas que les échanges dans le couple se fassent aussi par les bustes. L'abrazo (étreinte) est fermé pendant la marche, mais peut être plus ouvert pour ochos et tours.

 

Un des couples certainement parmi les plus élégants du monde tango : Sebastian Achaval y Roxana Suarez dansant une valse

 

 

Le style tango  escenario :

 

Tango  de scène et aussi de compétition (championnat du monde à Buenos Aires)  qui comporte souvent des figures très spectaculaires , entre autres portés et qui est chorégraphié.

 

 

Le style milonguero :

 

Ce style est caractérisé par un manière de s’enlacer l’un l’autre,  « l’abrazo »,  plutôt serré que l’on va garder tout au long du morceau. Cette forme de danse , caractérisée par des pas plus petits serait  née du fait de la grande fréquentation des pistes au centre ville de Buenos Aires. En réalité, ce style  existe depuis très longtemps, mais le nom milonguero serait lui , plutôt récent, vers les années 90.

 

Oscar Casas, que l’on voit danser ici avec  Marie Ann, enseigne toujours sur Buenos Aires, et est un maestro très passionné et très apprécié. 

 

 

Le style Tango show :

 

Tango de spectacle très proche du tango escenario, spectaculaire et  chorégraphié.

 

 

 Le style Tango nuevo :

 

Style de tango contemporain le plus souvent dansé dans un « abrazo » très ouvert et elastique, avec beaucoup de figures spectaculaires, dont des lachés complets de partenaires, des « spins » tours solos,  des colgadas et volcadas (sorties d’axe), des saltos, nombre de figures empruntées au tango de scéne, et dansé socialement, mais qui nécessite souvent beaucoup plus de place qu’on en dispose habituellement en soirée, pour l’exprimer pleinement.  Souvent dansé sur des musiques électriques (électro tango ) , ou alternatives (qui n’ont rien à voir musicalement avec du tango classique), mais est également dansé sur du tango traditionnel. Très technique, demande un excellent niveau et donc de très bonnes bases pour s’exprimer, car c’est aussi un tango d’improvisation.

 

Chicho Frumboli en est un des plus fameux représentants…

 

 

 

Powered By Saaraan
Joomla templates by Joomlashine